Oui aux échanges, non à l’isolement!

Prise de position de la SCCFA: l’inspection des téléphones portables

Les médias et la société civile se voient régulièrement refuser l’accès aux centres fédéraux d’asile, au motif que la vie privée des résident*es devrait être protégée.

Il est vrai que le manque d’intimité est un problème majeur pour un grand nombre de requérant*es d’asile en hébergement collectif, mais les atteintes à la vie privée sont une réalité à l’intérieur même du système. Les personnes requérant*es d’asile estiment qu’il y a violation de leur sphère privée, du fait de l’hébergement en dortoirs collectifs, des contrôles réguliers des chambres, des fouilles corporelles, des restrictions de la liberté de mouvement et de l’absence de lieux protégés pour se retirer.
Dans ce contexte, le téléphone portable devient un élément essentiel. C’est une sorte de refuge numérique privé. La SCCFA rejette donc clairement l’initiative parlementaire demandant la remise et l’inspection des téléphones portables des requérant*es d’asile. Lire notre prise de position dans le cadre la consultation ici (en allemand).