Oui aux échanges, non à l’isolement!

Instances

La plateforme SCCFA s’est créée août 2015, suite à de graves abus découverts par des bénévoles au centre d’asile d’Eigenthal, et à la publication de l’étude «Wir können uns ein Abseitsstehen der Zivilgesellschaft nicht leisten» («Nous ne pouvons plus nous permettre que la société civile se tienne à l’écart»), par le Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population de l’Université de Neuchâtel.

La plateforme SCCFA est affiliée à l’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers (ODAE). La plateforme SCCFA est indépendante de l’État et non confessionnel, actuellement financé par la Société suisse d’utilité publique (SSUP) et Kolin Holding AG Bossard Philanthropy.

La SCCFA se compose de trois instances:

Comité de pilotage SCCFA (direction stratégique)

Olivier Flechtner
travaille dans la poursuite pénale des infractions à la législation sur les produits thérapeutiques, est membre du Grand Conseil du canton de Fribourg et s’engage depuis de nombreuses années dans la coopération au développement. Il est membre du groupe de bénévoles «Bienvenue aux réfugiés dans le district de la Singine» qui est actif au Centre fédéral d’asile de la Gouglera, à Chevrilles (Giffers). S’il s’engage au sein du comité de pilotage, c’est qu’il est important pour lui que la plateforme SCCFA reste connectée au réseau des bénévoles actifs*ves, et qu’elle intègre directement les informations et les préoccupations issues de leurs activités. 

Denise Graf
est juriste et travaille depuis des décennies dans le domaine de l’asile, d’abord à la Confédération, puis chez Caritas Suisse et Amnesty International Suisse. Depuis son départ à la retraite, elle s’engage comme bénévole au Centre fédéral d’asile de Boudry. Elle défend les intérêts des personnes en exil dans toute la Suisse, et considère que leur intégration devrait commencer dès leur séjour dans un centre fédéral. Dans le cadre de la plateforme SCCFA, elle lutte pour l’ouverture des centres d’asile et un contact étroit avec la société civile, ainsi qu’un hébergement respectant les droits humains pour les requérant*es d’asile. Elle revendique aussi des procédures d’asile équitables et conformes à l’État de droit, basées sur une investigation complète et une prise en compte correcte des situations médicales et autres.

Regula Grünenfelder
est théologienne et co-fondatrice de la plateforme SCCFA. Elle s’engage depuis des années en faveur des personnes exilées, surtout à travers des projets de la société civile axés sur le long terme. Ses thématiques sont en particulier le réseautage et l’éducation à l’ère de la numérisation, les pratiques agricoles sans substances toxiques et la spiritualité féministe.

Amanda Ioset
est secrétaire générale de Solidarité sans frontières (SOSF) depuis 2014. Dans le cadre de cette association, elle lutte pour les droits des migrant*es et des personnes exilées, indépendamment de leur statut de séjour. Elle a accompli des études d’histoire et d’économie à l’Université de Neuchâtel.

Lukas Niederberger
est directeur de la Société suisse d’utilité publique (SSUP). Depuis sa création en 1810, la SSUP soutient l’engagement de la société civile suisse. En 2014, elle a cofinancé l’étude «Zivilgesellschaftliches Engagement im Flüchtlingswesen – Standortbestimmung und Handlungsbedarf» du Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population. Le centre de compétence et de coordination SCCFA est cofinancé par la SSUP.

Karin Ottiger
est travailleuse sociale et co-fondatrice de la plateforme SCCFA. Depuis des années, elle s’engage professionnellement et bénévolement pour les droits et la dignité des personnes exilées et des sans-papiers, et pour une coexistence pacifique. Elle est directrice de la Ligue suisse des femmes catholiques (LFSC), la plus grande organisation confessionnelle de femmes en Suisse.

Ruth-Gaby Vermot
est ethnologue et sociologue. Ancienne conseillère nationale du Parti socialiste, elle a fait partie de la commission des institutions politiques, qui travaillait principalement sur l’examen préalable de la loi sur l’asile et de la loi sur les étrangers. Ancienne membre de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, elle a été vice-présidente de la commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées, avec un accent sur le Caucase du Sud et les Balkans. Ses priorités politiques sont la politique d’asile et de réfugié*es, le trafic d’êtres humains et d’organes, les adoptions illégales d’enfants, le rapatriement de minorités, etc. Elle est présidente de l’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers (ODAE) et co-présidente de Femmes de paix autour du monde.

Ancien membre: Tony Mehr (2015-2019), de l’association IG Zentrum Gubel.

Bureau de compétence et de coordination SCCFA (activités courantes)

Laura Tommila
dirige le centre de compétence et de coordination SCCFA depuis décembre 2017. Après des études en communication et médias, ainsi qu’en migration et relations interculturelles, elle prépare actuellement un doctorat à l’Université de Bâle sur les expériences des personnes exilées dans le système d’asile suisse. Durant deux ans, elle a travaillé dans l’encadrement au sein des centres fédéraux d’asile, et a pu constater l’importance de la participation de la société civile pour le bien-être des requérant*es d’asile et un bon fonctionnement des centres.

Plateforme SCCFA (réseau d’information)

Les membres de la plateforme sont des organisations et des personnes actives dans le domaine de l’asile, en particulier dans les centres fédéraux d’asile (en complément des services de l’État et des organisations ayant un mandat public), et qui s’engagent pour un traitement digne des personnes exilées. La plateforme est ouverte à toute personne intéressée.