Oui aux échanges, non à l’isolement!

Vallorbe – ARAVOH

«On est accueilli par des sourires, on y créé des contacts, on est libre d’aller et verir et de parler si on en a envie. Après tout ce que l’on vécu, ons’y sent bien, un peu comme chez soi.»

Qui participe à votre projet ?
Une soixantaine de bénévoles dont le comité, en collaboration avec quatre aumôniers attribués au Centre Fédéral d’Asile.

Quelles activités organisez-vous ?

  • Accueil des requérant*es dans notre local, situé à 5 minutes du centre fédéral; en ce lieu nommé «Vallorbe-Café» qui est indépendant des autorités, l’accueil est chaleureux et cordial. Été comme hiver, il est ouvert du lundi au vendredi, de 14h à 16h30.
  • L’Atelier-Enfants propose des activités de jeux et de bricolages. Il offre aux enfants un cadre qui leur correspond et qui permet aux parents d’avoir un moment de répit. Il se tient dans un local du Centre Fédéral d’asile, les mardi, mercredi et vendredi de 9h à 11h.
  • L’Atelier-Femmes permet à celles-ci de se retrouver entre elles, en dehors du regard des hommes. Elles y trouvent des activités manuelles et créatives. Chaque 1er samedi du mois, de 14h à 16h à «Vallorbe-Café».
  • Des visites culturelles et touristiques, une fois par semaine.

Comment vous préparez-vous?

  • Chaque groupe a un/une responsable qui établit le planning.
  • Une séance mensuelle du comité, sauf en juillet ; en août elle se tient lors d’une journée extra-muros, avec les conjoints.
  • Des réunions trimestrielles ont lieu avec les bénévoles pour débriefing, coaching et informations.
  • Un repas avec tous les bénévoles a lieu annuellement.

Comment financez-vous vos activités ?
Par les cotisations et dons de nos membres et donateurs. Nous avons également reçu des subventions de la confédération (SLR) et du canton de Vaud (BCI) pour une pièce de théâtre intitulée « Quai N°1 », créée et jouée par nos bénévoles et des requérants, sur une période de cinq ans. Cette pièce raconte au travers de scénettes, des moments drôles et tragiques vécus par des migrants en quête d’asile. Nous avons, pour cette pièce, également bénéficié du prix culturel pour-cent Migros.

Quelles ont été jusqu’à présent vos expériences positives et négatives dans votre engagement ?
Jusque vers 2010, d’une part une partie de la population de Vallorbe n’acceptait pas l’ouverture du Centre et, d’autre part, nous n’avions aucun accès au Centre Fédéral de Vallorbe. Depuis les choses ont bien évolué, notamment grâce à deux espèces de réunions, à raison de quatre séances annuelles chacune :

Dans celle nommée «Multipartite», que nous avons mise en route en 2000, des représentant*es de ceux qui à Vallorbe ont à faire avec des requérant*es se réunissent et discutent des problèmes qu’ils rencontrent. Il s’agit des autorités communales et fédérales, d’agents de sécurité, de commerçants, partis politiques, aumôniers et ARAVOH. A l’heure actuelle les discussions y sont sereines.

L’autre, la «CCCA» (Confédération, Canton, Commune, ARAVOH), est présidée par le syndic de Vallorbe. Sont présent*es : deux représentant*es de chacune des parties pour échanger des informations et discuter de la prise charge des migrants.

Actuellement la participation de la société civile qu’ARAVOH représente est admise et appréciée à l’intérieur du Centre Fédéral d’asile de Vallorbe.

Depuis quand êtes-vous actif comment l’engagment a-t-il commencé ?
L’assemblée constitutive d’ARAVOH et ses statuts ont été signés le 6 mai 2000 et notre premier lieu d’accueil a été ouvert le 15 novembre 2000. Nous sommes reconnus d’utilité publique depuis janvier 2012 et exonérés d’impôts car nous sommes tous bénévoles.

Où peut-on vous joindre ?
Yvette Fishman – Présidente d’ARAVOH
yvette.fishman@gmail.ch
021 701 33 67 ou 078 853 50 42
www.aravoh.ch